FANDOM


l'Age proto-spatial 


La période qui précède la découverte et la colonisation de la première exoplanète succède à l'age moderne au début du XXIeme siècle et annonce l'avènement du numérique, des premières nano-technologies, des bio-technologies et de la robotique avancée. De grands changements idéologiques, climatiques et géopolitiques majeurs dans notre histoire, propulseront les terriens vers la colonisation de l'espace. Cette période verra aussi l'éclatement tant redouté d'une troisième puis d'une quatrième Guerre Mondiale, ainsi que l’émergence d'une nouvelle humanité génétiquement modifiée : les avortiums.

2020 - 2057

Les Etats-Unis d'Amérique perdent peu à peu du terrain dans tous les domaines face à une République Populaire de Chine de plus en plus influente et développée. Sur le vieux continent, la montée du nationalisme détériore le socle de l'Union Européenne et de l'OTAN qui recule peu à peu devant les revendications économiques et territoriales de la Fédération de Russie se montrant toujours plus forte. L'Occident s'arme par crainte du futur. Ses rivaux, en réponse, font de même .

Le gouvernement de la République Populaire de Corée, sur le point de s’effondrer suite à une famine des plus catastrophiques, accuse les USA et ses alliés d'avoir fomenté cette tragédie et menace d'une déclaration de guerre si un soutient humanitaire et économique massif ne leur est pas fourni dans les plus brefs délais. Washington accepte uniquement si le gouvernement nord-coréen promet de désarmer son arsenal nucléaire. Les tensions montent et le dialogue stagne. La Russie et la Chine rejoignent les négociations et, par effet domino, d'autres sujets sont mis sur la table diplomatique concernant le Moyen-Orient et l'Europe de l'Est.

Sur le bord du précipice, le gouvernement nord-coréen lance une attaque surprise dans la Zone Démilitarisée et amorce l'invasion de son voisin du sud. C'est l’hécatombe. Les forces armées américaines soutiennent depuis leurs portes avions l'armée sud-coréenne qui riposte à son tour. Dans l’opération, un avion espion chinois aurait été pris pour cible par les sud-coréens, avec l'aval de l'US Navy.

Le marché mondial s'affole. Le gouvernement chinois ébranle volontairement l'économie mondiale et impose toute sa force de frappe économique contre les USA et l'Europe. La Maison Blanche engage alors une guerre informatique totale contre les infrastructures civiles de l'Empire du Milieu. En Europe, le gaz et le pétrole ne sont plus acheminés par leur fournisseur russe, suite à des querelles d'influence en Europe de l'est, accentuant la crise économique engagée par la Chine. Les tensions sociales explosent et les européens sont au abois. Désunis, leur puissance économique n'est plus, et les gouvernements européens sont forcés d'imposer des termes défavorables aux pays d'Afrique du Nord pour s'alimenter en énergie.
"D%C3%A9sordre_en_Europe.jpg

C'est l’effondrement général. Le prix du pétrole explose au Moyen-Orient. Israël sentant venir le danger, prépare une grande offensive pour désarmer ses rivaux et assurer le ravitaillement pétrolier mis à mal par des groupes locaux et les services secrets russes et chinois. Les premiers missiles sont lancés et les premières bombes tombent.

En Corée, la Chine menace les américains de prendre part au conflit si leurs forces ne sont pas retirées de la péninsule. La Corée du Sud, qui était devenue après la Seconde Guerre Mondiale, un pilier de l'économie mondiale en matière de haute technologie, était un atout majeur. Perdre Séoul, c'est perdre une certaine avance dans ce domaine; de plus, la population américaine se montre largement favorable à la poursuite du conflit. Le refus de retraite américaine marque le point de non retour et la fin des négociations.

2057-2066

Ce qui, au départ, n'était qu'un conflit régional, s'est étendu pour devenir un conflit mondial. L'Armée Populaire de Chine déclare vouloir réunifier la nation en bombardant Taïwan. Les Etats-Unis déclarent la guerre à la Chine et envoient leur flotte du Pacifique soutenir le peuple taïwanais.

Au Moyen-Orient, Israël se voit obligé d'avancer toujours plus loin à travers la Palestine jusqu'en Irak pour maintenir sa sécurité, mais ce faisant et malgré les soutient américain et turque dans la région, leurs forces finissent par êtres étendues sur une trop grande distance. Les pays islamiques, profitant de cette ouverture, s'accordent pour tenter une attaque totale de l'état hébreu afin de reprendre la Palestine.

En Europe, les peuples occidentaux s'enfoncent de plus en plus dans une idéologie extrême et face à la situation désespérée au Moyen Orient, en Afrique du Nord et en Europe de l'Est, finissent par sombrer dans le fascisme. Les gouvernements s'associent et déclarent mutuellement la guerre à la Russie et espère restaurer "La Grandeur d’antan" du continent européen.

Surprise, mais prête, la Fédération de Russie rassemble ses troupes et décide de prendre l'initiative en annexant sans attendre la Pologne et l'Ukraine.

Les bases américaines avaient été chassées de la plupart des pays d'Europe lors du passage massif à l’extrême droite, aussi ces derniers ne purent bénéficier de son soutient militaire. L'Occident divisé combat sur trois théâtres de guerre dans le monde face à des ennemis puissants et déterminés.

Le conflit dura neufs longues années. Neuf ans à ravager le monde.

2066-2075

Au sortir de la guerre, personne ne pouvait revendiquer la victoire. La plus puissante armée du monde avait dépéri, éparpillée sur de nombreux fronts. La plus vaste armée du globe s'est écrasée telle une vague contre des rochers trop imposants. Le froid de l'hiver avait défait une nouvelle fois les forces de l'Ouest et les troupes russes ne purent occuper les territoires conquis face à la résistance locale.

La Deuxième Guerre Mondiale avait coûté la vie à 60 millions de personnes. La Troisième compta le bilan le plus monstrueux de toute l'histoire. 320 millions de personnes, civils et militaires, de la Californie jusqu'au Japon en passant par l'Europe et l'Afrique, perdirent la vie sous l’efficacité infernale des armes chimiques, nucléaires, bactériologiques, conventionnelles, informatiques, robotiques et nano-technologiques, sans oublier la famine, la maladie et la soif. L'Humanité avait beau être en guerre, la nature mise à mal durant toutes ces années d'industrialisation n'accorda au genre humain aucune trêve, et les noyés, victimes d'ouragans et de tornades, brûlés ou morts de froid furent aussi à déplorer. De nouvelles armes furent employés, la Convention de Genève fut bafouée par tous et ses principes fondateurs ont été oubliés dans la violence des massacres.

La technologie fut pousser jusqu'à ses derniers retranchements pour causer le maximum de pertes. Elle vit la naissance des premiers méchas de combat, chars bipèdes plus à l'aise en milieu urbain que les blindés conventionnels; des drones de combat automatisés, des munitions intelligentes, des unités virtuellement furtives et invisibles, des lasers de hautes énergies, des canons magnétiques, et des blindages auto-répliquant furent inventés pour toujours surprendre l’adversaire. Neuf ans. Et les pertes ne furent rien comparées à celles d’après guerre.

Tout le système de commerce mondial fut bouleversé. Les banques, les moyens de productions, l'administration, les frontières mêmes des pays devaient êtres réévalués.  Raconter en détail les faits de cette guerre et de l’après-guerre est une tache quasi-impossible car dans le chaos le plus total et sans vainqueur pour imposer son ordre nouveau, aucunes nouvelles règles ne put imposer de stabilité, même relative.

2075-2091

Les grandes puissances avaient pratiquement tout perdu. Il fallait construire un monde neuf à partir de l'ancien. Rien ne restait que ruine et désolation. Les premières communautés à émerger s’attelèrent à bâtir des villes fortifiées et à s'assurer de leur alimentation en ressources et en énergie. Les frontières nationales existaient sur le papier, mais en l'absence de forces suffisantes pour les faire respecter, on pouvait considérer que le monde avait perdu toute consistance géopolitique. Lentement, de nouveaux pouvoirs se formèrent au fil des années, tachant tant bien que mal de restaurer la cohésion perdue après la guerre. La première puissance d'Amérique du Nord à émerger fut l'APAN : l'Alliance des Pays d'Amérique du Nord. Elle regroupait principalement la part orientale des anciens Etats Unis d'Amérique et du Canada. En Europe de l'ouest, l'Union des Territoires Francophones rassemblait les anciennes nations du Benelux, en Europe du Nord la Fédération Scandinave prit le relais. En Europe Centrale, ce fut la formation de l'Empire Germanique d’Europe Centrale, l'EGEC. Le Royaume-Unis devint une dictature. L'ancienne Fédération de Russie pris simplement le nom de Russie. Au Moyen-Orient, l'Empire Musulman réunit les peuples arabes et perses. En Amérique du Sud, le Brésil forma l'Empire Latin. En Extrême-Orient, le chaos d'après-guerre avait divisé la région en différents territoires incohérents tombés sous le joug de chefs de guerre, ex-officiers de l'Armée Populaire de Chine. L'Empire du Japon fut restauré et augmenta son territoire en annexant ce qui était la Corée.

Le monde reprenait peu à peu des couleurs. De nouvelles techniques de recyclage et d'énergie propre assurait l'apport en ressources pour reprendre poursuivre le développement. Des fermes citadines et des tours agricoles permettaient de produire en sécurité suffisamment de nourriture pour subvenir aux besoins de la population.

2078 marqua un tournent sur le territoire de l'ancienne Europe. Venu de la Fédération Scandinave, une curieuse épidémie virale se propage jusqu'en EGEC et provoqua ce qui fut nommé "La Grande Anarchie de 2078". Les morts s’accumulèrent, des bûchés furent dressés pour endiguer l'épidémie. Les populations tentèrent de fuir mais furent stoppés par leurs gouvernements respectifs, qui s’accordèrent avec leur voisins pour mener la construction rapide de murs de confinement. La mer du Nord devint un théâtre de patrouilles maritimes constantes, menées par la nouvelle flotte du Royaume-Unis. Le contact disparaît avec l'autre côté du mur, isolé.

La société privée scandinave Bultiger Hammer avait mit au point le virus Avort durant la guerre pour le déverser en Russie, mais une mutation incontrôlée s'opéra, et, lorsqu'une fuite des bacs de culture survint (accidentelle ou volontaire, nul ne le su ou ne voulu l’admettre), le virus se rependit sur la population des grandes villes, notamment Stockholm. La plupart des infectés mourraient au bout de trois jours, mais certains parvenaient à survivre au-delà de cette période. Cette part d'aléatoire, probablement due à une résistance immunitaire naturelle, couplée à un traitement viral émanant de société même qui avait causé le désastre, permit à un petit pourcentage de malades d'être soignés de la façon la plus étrange qui soit. Au lieu d'être détruit, le virus devait s'intégrer au génome humain pour le rendre supportable.Cela ne fut pas révélé à la population et au gouvernement, et lorsque les effets secondaires furent constatés sur les infectés, il était trop tard. Les hommes et les femmes perdaient peu à peu leur compassion vis à vis des non infectés, les sentiments propre à l'homme étaient inhibés. Leur peau devenait de plus en plus pâle et toute trace de pilosité disparaissait de leurs corps.

Les non-affectés surnommèrent ces "zombies mutants sans âme" Avortiums. Des groupes s'en prirent à eux, les tuants par crainte qu'ils ne rependent leur maladie sur le reste du pays. Mais Bultiger Hammer ne laissa pas ses "enfants" sans protection. Il les arma et les entraîna pour former une société militaire privée qui avait pour but de protéger l'avortiosité nouvelle. Quand les citoyens s'en prirent aux malades, le gouvernement en fut informé. Mais tous les membres du gouvernement avaient été infectés et entretenaient des relations avec la société Bultiger Hammer. Les soldats furent déployés et l'infection fut volontairement propagée. Ceux qui résistaient étaient tués. Cette période historique est et restera à jamais nimbée d'ombre. Tout avait-il été prémédité? Ou bien le pouvoir avait-il vu là une opportunité? Les avortiums étaient-ils un projet d'homme nouveau sortit d'un esprit fascisant ? Qu'elle peut pouvait être la réponse, les avortiums devinrent majoritaires en territoire germano-scandinavie, les humains survivants furent tués afin que toute trace de menace éventuelle soit éradiquée. Ce n'était pas de la simple cruauté : toute trace de sentiments, et donc de compassion, avait disparu de l'âme des Avortiums.

Durant des mois, la société germano-scandinave se réorganisa autour de la survie de l'Avortium. Unis par leur sort, les gouvernements proclamèrent la Confédération Avortium d'Europe. Son objectif était de donner à ses concitoyens les moyens de vivre dans ce monde qui jamais n’admettrait ou ne pourrait tolérer leur existence. Les conditions de leur naissance, très obscures, voire clairement suspectes, les murs aux frontières furent plus que bienvenus et, quand le contacte fut rétabli avec l'extérieur, le monde entier fut choqué et divisé. D'un côté, ceux qui accordaient aux avortiums le droit d'exister, les considérant avant tout comme des victimes, et de l'autreceux qui les qualifiaient de monstres, sans aucun droit à la vie et perçus comme une menace pour l'Humanité toute entière. Le virus avort s'était résorbé dans la population et ne représentait plus de danger de propagation. Les Avortiums ne véhiculaient pas la maladie, mais leur aspect et leur comportement ne les rendaient pas attrayants. La ressemblance avec des cadavres réanimés, propres et intelligents, était trop troublante pour certains.

La CAE voulait prouver que leur peuple était redevenu fréquentable et leur développement se fit par l'aide humanitaire dans de nombreuses régions du monde et par des travaux d'aménagements chez les pays occidentaux. Seule la Russie restait campée sur ses positions majoritairement anti-avortium.

Une véritable guerre froide avec course à l'armement et bataille d'influence s'installa alors entre les deux régions, Russie et CAE, séparée par un no-mans-land de plusieurs kilomètres au cœur de la Pologne.

De nombreuses fois, les russes tentèrent de prouver au monde la dangerosité des Avortiums, et des mensonges qu'ils véhiculaient. Pour le gouvernement russe, il ne faisait aucun doute que l'objectif in-fine de la Confédération était la domination totale du monde...

Le mur Est de la CAE était le théâtre d'attaques régulières, menées pour capturer et étudier des gardes frontaliers Avortiums. Cela fut parfois une réussite, parfois un échec. La Russie se déclarait innocente et pointait du doigt des groupuscules anarchistes vivant dans le no-mans-land de l'ex-Pologne. Au début, les Avortiums acceptèrent cette version, ne désirant pas déclencher de conflit alors que leur développement était trop léger pour tenir une guerre.

Cette situation dura jusqu'en 2088.

Encore une fois, le mur était victime d'une attaque. Ce fut la pichenette qui fit dégringoler les dominos. L'armée Avortium, puissante et moderne, comptait de nombreux alliés. Les leaders de la Confédération ordonnèrent la pacification du no-mans-land par la force armée.

Voyant les troupes de guerre Avortium passer le mur, les espions russes contactèrent le Kremlin pour les avertir d'une invasion massive en direction de la Mère Patrie. N’attendant même pas d'explication, le gouvernement russe déclara la guerre à la Confédération et s'enfonça à son tour dans les terres ravagées. Quand les deux armées se rencontrèrent, ce fut un véritable massacre.

Russes et Avortiums demandèrent le soutient de leurs alliés réciproques et ce qui s'engageait au départ comme une conquête du no-mans-land prit l'ampleur d'une Quatrième Guerre Mondiale.

En 2091, les armées russes parviennent à passer par le nord de la Scandinavie et se rabattirent peu à peu vers la capitale, Stockholm. Constatant l'urgence de la situation, les meilleures unités comprenant des méchas dernier cri, bien plus habiles et puissants que les chars russes parviennent à stopper leur progression aux abords de la ville. Pendant les deux années qui suivirent, la guerre stagna en Europe. Ne souhaitant pas répéter les mêmes erreurs que pars le passé, la stratégie des états major se focalisait sur les petits affrontements pour grignoter le territoire ennemi et éviter les batailles trop imposantes qui auraient risqué de voir s'écouler trop brutalement les réserves d'hommes et de matériel.

Désireux d'une victoire rapide, les généraux de l'est mirent au point une vaste opération visant à débarquer au Danemark et à diviser en deux le territoire de la Confédération. Le plan fonctionna et les avortiums durent morceler leurs forces déjà fragilisées. La capitale nordique tomba quelques jours plus tard. La Russie voyait sa victoire se profiler.

Mais dans les montagnes scandinaves se cachait l'atout le plus impressionnant des avortiums : La Forteresse Volante.

Ces engins de guerre immenses rappelaient les zeppelins de la première guerre mondiale, en y ajoutant leur capacité de destruction incomparable. De véritables navires aéronefs surarmés et bénéficiant des dernières innovations en matière de protection et de propulsion. Les colonnes de blindés russes furent décimées,  l'aviation dépassée et les troupes durent quitter la Scandinavie. En Europe Centrale, Berlin fut sauvée par ces même forteresses qui avaient pris les russes de court.

Mais l'invasion de la Russie se révéla être une tache bien plus ardue, et les combats s'allongèrent des années durant sur le reste du monde.

2191-2120

Tous ce temps permit aux chercheurs russes  de développer la technologie qui révolutionna le voyage spatial : L'hyper-saut. Inventèrent-ils eux même cette technologie, ou l'eurent-ils "trouvée" ? Les spéculations à ce sujet furent nombreuses, mais la version officielle était la première : les chercheurs,  en sus, la développèrent en un temps record. La Russie étant l'un des rares pays à bénéficier d'une industrie spatiale de pointe, ses ingénieurs  assemblèrent derrière la Lune une porte d'hyper-saut pour viser un système solaire et s'y rendre avant que leur projet ne soit dévoilé. Les ressources engagées dans ce projet privèrent définitivement le gouvernement russe de la victoire, mais en réalité, cela faisait longtemps qu'ils n'espéraient plus la remporter. Quand les avortiums virent leur progression se faire de plus en plus aisée, un doute s'empara d'eux. Les russes préparaient-ils un piège dans le style des avortiums durant l'invasion de la Scandinavie ? Les avortiums se méfiant des victoires faciles, retardaient leur grande offensive, .

Le premier voyage extrasolaire fut réalisé en 2118. Une version spatiale de la forteresse volante, embarquant une importante population de travailleurs et de hauts cadres prit son envol pour débarquer par la suite sur une planète alors inconnue : Asyos. Durant six mois, les colons débarquèrent sur la planète tandis que l'étau se resserrait autours de Moscou.

Quand la supercherie fut révélée, le monde fut choqué d'apprendre qu'une planète en dehors du système solaire était habitable et colonisée à ce moment là par les russes : si de telles technologies demeuraient entre les mains de leurs ennemis, les avortiums n'osaient imaginer ce qui les attendraient quand des années plus tard les descendants de la Russie reviendraient avec leurs vaisseaux spatiaux. Ce serrait la fin pour eux et leurs alliés.

Les territoires de l'est se virent complètement annexés, mais la guerre continua, désireux qu'étaient les avortiums de neutraliser l'ancien allié de la Russie, la Chine - du moins, ce qui en restait.

Pendant ce temps, tous les grands chercheurs humains et avortiums se penchèrent sur la "question Asyos". Il fallait suivre les russes, sans cela l'avenir demeurerait incertain. Une victoire partielle n'était pas souhaitable. Elle devait être totale. A leur tour, les nations alliés adaptèrent les technologies des forteresses pour le voyage à travers la porte de saut. Les plans d'une nouvelle porte pour le retour furent conçus, car une fois arrivés à destination, aucune porte ne les attendrait pour faire marche arrière.

Ignorant tout d'Asyos, c'est une expédition de long terme qui s'organisa avec troupes, matériel et colons pour s'assurer de l'auto-suffisance des armées une fois sur place.

Tous au long de l'année 1120, les convois coloniaux traversèrent la porte, mais des sympathisants russes parvinrent à la faire exploser au passage du vaisseau contenant le matériel et les plans de construction de destinés à la fabrication de la porte de retour.

C'est à ce moment que commença ce que l'on nomme l'Antiquité Spatiale.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard